Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une réorganisation des services municipaux de Montluçon est à l'étude

Contrairement à ses promesses de s'attaquer à la finance (voir discours du Bourget), le président de la République impose une austérité brutale aux collectivités et plus particulièrement aux municipalités, dont la contribution à cet effort se situe aux alentours de 39, 51% si l'on en croit le Maire (annonce faite lors du Conseil municipal du 21 janvier). C'est donc 1 million et demie d'euros qu'il faudra trouver pour boucler le budget de 2016.

Mais le Maire ne veut pas se résoudre à augmenter les impôts locaux. Et pour enfoncer le clou, il donne l'exemple de Lille, ville gérée par Martine Aubry. Pour la deuxième année consécutive, il va donc falloir réaliser des économies substantielles pour y parvenir.

D'abord, le Maire a fait savoir de manière très claire, qu'il était hors de question de revenir sur les décisions de l'année précédente comme le demandent les élus du Front de Gauche.

► Pas de remise en cause de la tarification des activités périscolaires, alors que même si celles-ci sont plafonnées à hauteur de 2 enfants (pour le troisième, c'est gratuit), elles ne prennent pas en compte pour autant le revenu des ménages. Ainsi, certaines familles à faibles revenus renoncent à inscrire leurs enfants, faute de moyens et parfois dès le premier enfant.

► Pas d'infléchissement non plus pour le paiement des fluides imposé aux syndicats alors que les locaux sont de véritables passoires énergétiques (et qu'aucun travaux sérieux d'isolation n'ont été entrepris depuis que le Maire est à la tête de la municipalité). Résultat les factures flambent. La CGT nous a confié que la municipalité leur réclame la somme de 17 000 € pour ses locaux.

► Le Maire est resté tout aussi inflexible face aux demandes des élus du Front de Gauche qui lui demandait de revoir la situation de certaines associations qui ont du mal à s'en sortir. "Tout le monde doit participer à l'effort" a-t-il rétorqué.

Ensuite, Daniel Dugléry a indiqué que les nouvelles économies rendues inévitables par la baisse des dotations de l’État d'un million et demie d'euros devront être réalisées en diminuant les charges de fonctionnement, et en réorganisant les services. La municipalité espère par exemple économiser environ 200 000 sur les fluides et plus 100 000 euros sur les fournitures. Des regroupement sont également à l'étude et le Maire n'exclut pas la possibilité de mutualiser certaines activités, y compris avec d'autres communes.

Une réorganisation des services municipaux de Montluçon est à l'étude

Daniel Dugléry est un sanguin, tout le monde le sait, et certains redoutent même ses colères (et il en joue). En quinze ans de mandats, la salle du Conseil résonne encore de ses "coups de gueule". Ce n'est donc pas lui faire injure que de dire qu'il est "un animal politique à sang chaud". Lors de cette séance de Conseil, c'est Fréderic Koot qui en a fait à nouveau les frais. Il faut dire que le caractère du chef de file du Parti socialiste est son exact opposé. Le verbe précieux, toujours à la recherche d'une phrase finement ciselée, il a tendance parfois à surjouer son coté "notable de province" peu avare des conseils qu'il entend prodiguer au premier magistrat de la ville.

Cette attitude a le don d'exaspérer le Maire qui ne manque pas une occasion de lui voler dans les plumes. Et bien sûr, lors de ce conseil, on a pu assister à une grande envolée de la part de celui-ci quand l'élu socialiste lui a suggéré de s'attaquer en priorité au budget communication de la ville qu'il estime trop dispendieux.

À noter tout de même que la majorité et le PS se rejoignent pour réduire le patrimoine de la ville qu'ils estiment maintenant surdimensionné avec la diminution constante de la démographie. Ainsi, lors du précédent Conseil municipal, la vente de l'école Maurice Carême a t-elle été votée à l'unanimité (y compris par les élus du Front de gauche) au grand dam des habitants de bien assis qui s'étaient opposé à sa fermeture.

Unanimité de l'opposition municipale en faveur du maintien des aides pour le Théâtre vivant.

À la fin de la séance et après le vœu présenté par Philippe Buvat contre l'exploitation de mines d'or à Lussat (lire ICI), les élus Front de Gauche ont demandé que soit mis au vote un vœu pour demander au Conseil départemental qu'il revienne sur sa décision de supprimer les aides en faveur du théâtre vivant, telle qu'elles existent actuellement. Voici le texte qui a été soumis au vote des élus

Une réorganisation des services municipaux de Montluçon est à l'étude

Vœu présenté par les élus Front de Gauche

Défense de la culture dans l’Allier :

Le Conseil municipal de MONTLUCON réuni le jeudi 21 janvier 2016 décide de soutenir les revendications du collectif A.C.T. (Allier – Culture – Territoire) contre le changement de politique culturelle décidé par le Conseil Départemental de l'Allier lors de sa cession plénière du 15 décembre 2015 et demande la révision du vote du Conseil Départemental.

Motion votée par les 5 élus de l'opposition (PS/EELV, Front de gauche et Montluçon dès demain), mais rejetée par les élus de la majorité.

Une réorganisation des services municipaux de Montluçon est à l'étude

Les élus de l'opposition (PS, Front de gauche, et Montluçon dès demain) sont intervenus tour à tour en faveur du collectif ACT (Allier, Culture, Territoire), les uns et les autres expliquant que la suppression des subventions de fonctionnement accordées jusqu'ici aux troupes de théâtre pourrait être fatale à certaines d'entre elles. Même si le Maire a dit comprendre les inquiétudes exprimées, il s'est refusé à voter le vœu ainsi rédigé, estimant que celui-ci constituait une ingérence dans les affaires du Conseil départemental. Cependant, il a laissé entendre qu'il n'excluait pas d'aborder ce dossier avec Gérard Dériot, le Président du Conseil départemental. Affaire à suivre donc...

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :