Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EHPAD de lavault-Ste-Anne, le conflit s'enlise
EHPAD de lavault-Ste-Anne, le conflit s'enlise

Depuis 8 mois que dure le conflit à l'EHPAD de Lavault-Ste-Anne , le personnel a toujours fait en sorte de préserver les résidants de l'établissement en organisant des actions et des rassemblements sans que cela ne perturbe ceux-ci.

C'est aussi parce que le personnel a tout fait pour maintenir un haut niveau de prestations au sein de l'établissement, et ce malgré leur lutte, que la Présidente de l'association et le Maire ont laissé le conflit s'enliser, en nourrissant probablement l'espoir que celui-ci s'arrêterait faute de combattants. Cette stratégie porte un nom, c'est celle du pourrissement. Et de fait, il n'y a eu aucune négociation depuis huit mois que dure le mouvement.

Un préavis de grève pour se faire entendre

C'est la raison pour laquelle, et pour la première fois depuis le début du conflit, le syndicat SUD santé très actif auprès du personnel en lutte a décidé de déposer un préavis de grève dans le but de contraindre l'employeur à négocier. Ce préavis de grève était d'ailleurs très clair. Il précisait "Dans le cadre de ce préavis, nous souhaitons être reçus par La Présidente de l'association retraite à la charité et les membres du Conseil d’administration" voir l'intégralité du préavis ci-dessous.

EHPAD de lavault-Ste-Anne, le conflit s'enlise
Les grévistes à nouveau rassemblés dans la cour de l'EHPAD de la Charité le 7 juillet (photos réalisée par jean-marie Auclair pour RMB)

Les grévistes à nouveau rassemblés dans la cour de l'EHPAD de la Charité le 7 juillet (photos réalisée par jean-marie Auclair pour RMB)

Pourtant, la Présidente fidèle à elle-même n'a pas donné suite à cette demande de rencontre. Pire encore, aucune mesure n'a été prise par la direction afin d'assurer un service minimum auprès des résidants. Aussi incroyable que cela puisse paraître, c'est le personnel lui-même qui a pris les dispositions nécessaires pour garantir la continuité de service indispensable dans ce type d'établissement, alors que le nouveau directeur émarge lui aussi aux abonnés absents.

Un médiateur embauché par l'EHPAD

C'est dans ce contexte complétement surréaliste qu'un médiateur a été nommé. D'après les informations que Regard-Actu a pu se procurer, Il s'agit d'un ancien Directeur de la DIRECCT (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), aujourd'hui à la retraite que l'ARS (Agence régionale de Santé) présente volontiers comme un homme d'expérience et fin négociateur.

Première étrangeté, ce fonctionnaire à la retraite a été embauché en CDD par le nouveau Directeur pour une période de deux mois. Il est donc de facto en situation de subordination vis-à-vis de l'employeur en conflit avec le personnel. Étrange ! Ensuite, aucun protocole de médiation n' a été établi entre les parties, si bien que le médiateur a l'air de commencer sa mission "au doigt mouillé".

Ainsi a-t-il rencontré les élus SUD pour les salariés en conflit puis les élus FO qui ont fait campagne contre les grévistes, puis le nouveau Directeur qui tente de s'imposer à son poste et n'a aucun intérêt que l'ancien Directeur soit réintégré à sa place, et enfin la Présidente qui a licencié l'ancien directeur. Le médiateur a donc consacré trois fois plus de temps aux partisans et aux soutiens de la Présidente et du Maire de Lavault-Ste-Anne qu'aux grévistes qui réclament le retour de Dominique Gillardeau.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette médiation apparaît très déséquilibrée, d'autant que rien n'est prévu pour l'instant dans le dispositif pour prendre la mesure des enjeux réels qui dépassent le simple cadre de l'établissement.

l'expertise votée par le CHSCT va bientôt débuter

Heureusement, le CHSCT a voté en faveur d'une expertise sur les risques psychosociaux dans l'institution. Cette expertise va bientôt débuter. Combien de temps durera-t-elle ? C'est difficile de répondre à cette question. Mais du moins inspire-t-elle plus de confiance aux grévistes que le début de la médiation dont les termes n'ont même pas fait l'objet d'un accord entre les parties avant qu'elle ne débute.

Philippe soulié

Tag(s) : #Lavault St Anne

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :