Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Inquiétudes à propos des liaisons ferroviaires qui desservent Montluçon

Le comité de ligne de Montluçon s'est réuni le 11 mai à la salle C26 aux Ilets. Michel Beaune qui y participait a bien voulu en faire un compte rendu pour les lecteurs de regard-Actu

Inquiétudes à propos des liaisons ferroviaires qui desservent Montluçon
Inquiétudes à propos des liaisons ferroviaires qui desservent Montluçon

Les comités de ligne ont été mis en place au début des années 2000 dans les Régions et sont organisées par les Conseils Régionaux, autorités organisatrices des transports régionaux. Celui de Montluçon voit toujours une participation importante car les problèmes du rail dans le bassin sont plus sensibles qu'ailleurs. Le comité de ligne du 11 mai a vu la participation d'une soixantaine de personnes.

Cette réunion, placée sous la présidence de Luc Bourduge, vice-président du Conseil Régional en charge des transports et également membre de la commission Duron, était animée par trois responsables de la SNCF Auvergne. Un fonctionnaire de la DREAL, représentant le ministère des transports, était également présent. Pendant plus de 2 heures, les échanges vifs mais courtois ont permis à de nombreux usagers et à des associations d'exprimer leurs mécontentements sur la dégradation du service public de transport ferroviaire et leurs inquiétudes pour l'avenir.

En début de séance, la directrice adjointe de la SNCF Auvergne a présenté les statistiques sur le transport TER dans la région par un diaporama. Celui-ci fait notamment état des chiffres sur la ponctualité. Plusieurs usagers ont fait remarquer avec un peu de malice que les trains arrivant à l’heure étaient maintenant l’exception sur les grandes lignes.

Le Codérail avait alerté récemment la population sur les risques de suppressions de Paris Montluçon direct et de Bordeaux Lyon. Même si pour l'instant rien n'est décidé, Luc Bourduge qui est membre de la commission Duron chargée de faire des propositions au niveau national a éclairé l'assistance sur ce point : le gouvernement envisage une restriction des moyens dévolus à la SNCF et celle-ci va sans doute être tenue de faire des propositions de suppressions de lignes. C'est comme cela que certaines vont disparaître deux d’où les inquiétudes du Codérail.

La commission Duron va achever ses travaux le 25 mai et la balle sera à ce moment-là dans le camp du gouvernement. Luc Bourduge rappelle que la loi Macron prévoit le transfert d'une partie du transport par rail vers le car. Par ailleurs, la SNCF veut transférer certaines liaisons aujourd'hui nationales vers les Régions. L’Association des Régions de France ne veut pas de transferts si des moyens supplémentaires ne sont pas donnés aux Conseils Régionaux. A la fin, c’est le gouvernement qui décidera.

Nicolas Brien, suppléant du député, intervient en dénonçant le fait que la gare de Montluçon n'est pas conforme à l'accueil des usagers handicapés, que les investissements de matériels roulants et l’électrification des lignes sont urgents et rend responsables de cette situation la SNCF et le Conseil Régional. Luc Bourduge répond en replaçant les responsabilités sur les décideurs politiques nationaux et les parlementaires. Cet échange un peu vif provoque, semble-t-il, le départ du suppléant du député qui n'aura finalement assisté qu'au début du comité de ligne.

Nombreuses interventions des usagers dans la salle
Nombreuses interventions des usagers dans la salle

Les expressions d'usagers ont été nombreuses relativement aux problèmes rencontrés au quotidien. Le fait que la liaison Bordeaux Lyon soit toujours arrêtée sous prétexte de travaux alors que ceux-ci sont terminés depuis 2 ans et toujours inexpliqué. La représentante de la SNCF précise que la liaison ne reprendra qu’en 2017, ce qui provoque des remous dans l’assistance. Sur le trajet Montluçon Paris par Vierzon, plusieurs interventions soulignent les problèmes de correspondances parfois impossibles, de voitures bondées lors de certains week-ends. Une usagère fait remarquer que remplacer le train par le car sur certaines portions, en particulier sur Montluçon Lyon, incite les voyageurs à prendre leur voiture plutôt qu'être en inconfort alors que le car ne transporte parfois que 4 ou 5 personnes. Un autre usager se demande si les responsables qui ont décidé de substituer le car au train entre Roanne et Montluçon ont déjà emprunté ce moyen de transport. L'absence d'une liaison Montluçon Clermont dans l'après-midi est également regrettée.

Le représentant de l’ADIR évoque le possible démarrage de la carrière d'Archignat dont la production pourrait être transportée par rail, comme la production de la carrière de Lavaufranche. SNCF Réseau affirme souhaiter continuer à desservir les carrières. Pour l'instant cela semble loin d’être gagné.

La question de l'absence de personnel pour vendre des billets en gare de Vallon et Commentry les week-ends est soulevée.

Un agent hospitalier fait remarquer que l'hôpital de Montluçon manquant de médecins, il est bien plus facile pour des médecins Clermont de se rendre à l'hôpital de Vichy ou à celui de Moulins qu'à celui de Montluçon ce qui constitue un handicap supplémentaire.

En fin de réunion, Luc Bourduge invite les gens qui ont exprimé leur mécontentement à se réunir comme ils le souhaitent afin de construire des propositions à soumettre au gouvernement.

Michel Beaune

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :