Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Certes, le Maire de Commentry le reconnaît volontiers lors du dernier Conseil municipal, "Commentry ce n'est pas le Bronx" et d'ailleurs, les chiffres de l'année 2014 sont plutôt rassurants, puisqu'ils mettent en évidence une baisse de la délinquance.

Pourtant, cela n'empêche pas le premier magistrat de cette commune de renforcer sa politique sécuritaire en expliquant aux élus de l'opposition que "justement, il ne faut pas baisser les bras". Un discours d'autant plus incompréhensible que, parallèlement la majorité municipale continue à rogner sur sur les aides aux familles qui devront dorénavant mettre la main à la poche pour les activités périscolaires de leurs enfants alors que par ailleurs, le Maire dépense sans compter pour équiper le centre ville en vidéo protection (35 000 euros).

C'est malheureusement un grand classique de la droite, que de privilégier la sécurité par rapport au social, et là, il faut reconnaitre que de ce point de vue, le Maire de Commentry fait très fort. Engager des dépenses supplémentaires pour la sécurité alors que la délinquance a reculé en 2014, il fallait tout de même oser.

Le Maire de Commentry Claude Riboulet (à droite sur la photo), intensifie l'orientation sécuritaire de sa ligne politique

Le Maire de Commentry Claude Riboulet (à droite sur la photo), intensifie l'orientation sécuritaire de sa ligne politique

La mise en place de voisins vigilants, à l'exemple de ce qui se fait en Grande-Bretagne ou aux États-Unis est également très inquiétant, car les risques de dérives sont largement connus. Entre les dénonciations en tous genre et les rapports fantaisistes, il faudra que les gendarmes facent le tri de ce qui relève du renseignement factuel (directement lié à la sécurité des biens et des personnes) et le flicage entre voisins eux-mêmes. Pas sûr que les personnes y trouvent un grand avantage au bout du compte. Car entre sécurité, toute relative d'ailleurs, et atteinte à la vie privée, certains pourraient se dire que décidément, le tribut à payer et très élevé.

Enfin, l'armement des policiers municipaux de bâtons télescopiques et de diffuseurs lacrymogènes complète ce dispositif répressif, avec tous les risques d'escalade que cela peut faire craindre. Cette fièvre de tout sécuritaire, qui s'est amplifiée en raison des évènements de Charlie en janvier dernier à de quoi nous inquiéter, car nous voici partis dans une spirale qui ne semble plus avoir de fin.

Surtout, cette logique vise pour l'essentiel à se protéger des plus pauvres dont le nombre ne cesse de croitre et que l'on rejette toujours plus loin pour ne pas avoir à regarder en face le résultat des remises en cause de certains mécanismes de solidarité qui privent une frange de plus en plus importante d'entre eux, des aides qui sont pourtant indispensables à leur survie.

Les élus d'oppossition de "Commentry pour tous" condamnent l'orientation sécuritaire du Maire

Les élus d'oppossition de "Commentry pour tous" condamnent l'orientation sécuritaire du Maire

En dénonçant la mise en place de la vidéo-protection, l'armement des policiers municipaux et d'une pratique que les autorités appellent pudiquement "les voisins vigilants" (mais qui, en réalité, encourage la délation entre les habitants) la gauche est dans son rôle. On ne peut que se satisfaire et applaudir le fait que ses élus montent ainsi au créneau pour dénoncer de telles dérives. Bien sûr, ceux-ci sont taxés "d'angélisme" et sont souvent accusés de "laxisme". Raisons supplémentaires pour que ceux-ci restent fermes sur les valeurs traditionnellement défendues de la gauche, mais que même certains, soit disant de "gauche", ont abandonné en rase campagne pour se convertir finalement à ce qui constitue "le fond de commerce" de ce qui fonde intimement l'idéologie de droite et plus encore, celle de la droite radicale que l'on pourrait résumer par le triptyque infernal : "surveillance (caméras), délation (voisins vigilants)et répression (armement des policiers municipaux)"

Philippe Soulié.

Ci-dessous, les deux déclaration du groupe d'opposition municipal "Commentry pour tous"

 "Commentry c'est pas le Bronx !"

Groupe « Commentry pour tous » - conseil municipal du 27 mai 2015

Délibération N°1-3 portant sur la prévention et la sécurité pour la ville de Commentry.

La majorité municipale a décidé d’armer la police municipale, d’engager un dispositif « voisins vigilants» nommé pour l’occasion «participation citoyenne », histoire de ne pas affoler les habitants et d’équiper la place du 14 juillet d’une vidéo-protection. Trois mesures phares pour lesquelles nous avons voté contre.

Cette délibération commence par se référer à « des sondages qui ont tous montré que la sécurité compte parmi les préoccupations prioritaires des citoyens ». Devant cette affirmation, notre groupe a demandé au cabinet du Maire de lui fournir le détail de ces sondages que nous imaginions locaux puisqu’ils servent de prétexte à la mise en place d’une politique locale. En réalité, et aussi étrange que cela puisse paraitre, il n’en est rien puisque la réponse du cabinet du Maire fait exclusivement référence à des sondages nationaux. Nous considérons que comparaison n’est pas raison et que Commentry n’est pas Marseille et pas encore Béziers !

La délibération reprend les termes suivants : « menaces et atteintes volontaires à l’intégrité physique », « délinquance », « insécurité », « trouble à l’ordre public », « malveillance », « violences », «agressions », « menaces », « vandalisme », « vols », « effractions », « attaques de distributeurs de billets », autant d’expressions anxiogènes destinées à faire accepter une politique sécuritaire.

Lors des échanges, et en incohérence totale avec le contenu de la délibération, Monsieur le Maire nous informe que les actes de délinquance ont baissé en 2014. Dès lors, un déploiement d’une telle armada sécuritaire nous apparait comme dangereuse et disproportionnée.

Nous notons que la majorité municipale ne rechigne pas à investir la somme colossale de 35.000 Euros sur de la vidéo protection et refuse, dans le même conseil, notre proposition de gratuité des nouveaux rythmes scolaires décidée à 15 euros par an et par enfant. Certes, le coût a diminué grâce aux aides de la CAF perçues par la Mairie, mais le refus d’accorder la gratuité aux familles contribue à exclure des enfants. Nous avons avancé l’idée que la meilleure prévention vis-à-vis de la jeunesse consiste à n’exclure aucun enfant et donner à tous l’accès aux activités des TAP (éducation, culture …). Cette proposition ne recueille pas l’assentiment de Monsieur le Maire. Nous avons manifestement deux conceptions différentes de la manière dont doit s’organiser la société.

Comme Monsieur le Maire limite à deux les interventions de notre groupe et que nous nous sommes, plusieurs fois, vus couper le micro, notre groupe à fait le choix d’une intervention sous forme de déclaration :

Déclaration du groupe « Commentry pour tous » en réaction à la proposition de délibération N°1-3 – conseil municipal du 27/06/2015.

Notre groupe tient à vous signifier sa profonde opposition à la politique sécuritaire que vous souhaitez imposer à notre ville. L’armement de la police municipale ne nous semble pas le meilleur moyen d’endiguer les actes de violence que vous dénoncez dans votre délibération. Nous envisageons l’action de la police municipale comme s’inscrivant dans une démarche éducative et préventive auprès des populations, incompatible avec une démarche éminemment répressive consistant à l’armer de bâtons télescopiques et de diffuseurs lacrymogènes. Nous craignons que l’armement de la police municipale n’aboutisse à une surenchère de la violence dont nous vous laissons l’entière responsabilité.

Votre souhait de voir se mettre en place, un programme « voisins vigilants » initié par Monsieur Guéant, bras droit de Monsieur Sarkozy (circulaire du 22 juin 2011), recueillera encore moins notre assentiment.

La mise à contribution de la population dans la prévention de la délinquance est un modèle de substitution où les citoyens comblent le manque de service de l’État. Nous dénonçons la relation entre la baisse des effectifs de police en France depuis 2008, (12.500 fonctionnaires en moins) et la mise en place des « Voisins vigilants ».

Il nous semble inutile et dangereux d’encourager la dénonciation pour inciter les citoyens à faire preuve de solidarité et « d’entraide ». L’article I des droits de l’Homme rappelle que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ». Les Commentryens n’ont nullement besoin d’incitations pour faire preuve de civisme et signaler librement, en leur âme et conscience, un crime ou sa fomentation.

La dénonciation, action qui consiste pour un citoyen à en signaler un autre dans l’espoir de suites répressives, ne peut pas être considérée comme un devoir civique. Elle est porteuse d’une connotation péjorative qui nous replonge dans la France des années noires où de nombreuses personnes ont franchi le pas de la dénonciation pour assouvir une vengeance, réparer une « injustice », répondre à la loi du 25 octobre 1941 qui fait de la dénonciation une « obligation légale » ou témoigner de leur zèle, autant d’actes qui témoignent du chaos moral de la France.

Vidéo surveillance, armement de la police municipale, « voisins dénonciateurs », surveillance, répression et délation entretiennent un climat anxiogène, la peur de l’autre et le sentiment d’insécurité. C’est l’apologie de la suspicion propice à réveiller les plus bas instincts.

Nous réaffirmons que la meilleure politique contre « l’insécurité » est celle qui lutte contre la précarité, le chômage de masse, l’injustice sociale et le rejet de l’autre et nous considérons qu’il est de notre devoir de nous opposer à ce qui fragilise le pacte républicain et social en votant contre votre délibération.

La délibération est adoptée à la majorité, notre groupe a voté contre.

Tag(s) : #Commentry

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :