Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nikos Graikos : la voix d'un militant de Syriza
Nikos Graikos : la voix d'un militant de Syriza

Dans le cadre du cycle de ses conférences à la ferme des Ilets, l'Atelier de la pensée recevait Nikos Graikos, professeur de Grec moderne et militant de Syriza . C'était le 12 mars dernier et la salle était comble.

Contrairement à Yorgos Nikolalis, professeur de philosophie et anthropologue, proche de Syriza qui observe la situation avec certaine distance, mais non sans bienveillance, Nikos Graikos, lui, semble plus impliqué dans ce qu est en train de se" jouer" dans ce petit pays, héritier d'une culture millénaire qui vit la naissance de la démocratie, mais aussi en Europe, tellement sa chute pourrait entraîner avec elle la faillite du vieux continent.

Mais en même temps, il y a un paradoxe à cela. Ce pays est à la fois ancien et emblématique par son histoire, mais aussi relativement récent si l'on considère son histoire contemporaine. En 1830 la Grèce est un petit pays balkanique né contre la sainte alliance du 19 em siècle, mais ce n'est qu'en 1947 que la Grèce aura les frontières qu'on lui connaît actuellement. De ce point de vue, son histoire est relativement récente.

Ce n'est qu'après avoir rappelé ces quelques repaires historiques que Nikos Graikos entre dans le vif du sujet. Qu'est-ce que SYRIZA et comment cette coalition de 14 partis a pu se réaliser dans le respect de chacune de ses composantes. C'est cette union qui a permis à SYRIZA de parvenir au pouvoir, malgré tous les moyens qui ont été mis en œuvre par la troïka pour l'en empêcher.

Pour autant, SYRIZA n'a pas le pouvoir. La coalition a simplement obtenu le droit de former un gouvernement qui porte le nom de "Gouvernement national contre la crise humanitaire qui traverse le pays". Car ce que l'on appelait au début une crise de la dette, s'est transformé en crise financière, puis en crise sociale et enfin en crise humanitaire.

La Grèce a enregistré une chute de 25% de son PIB. La dette est passée de 120% du PIB à 175% du PIB, et cela, après les soi-disant plans de sauvetage imposés par la troïka. Le chômage est passé de 9% à 27% de la population active et 55% pour les jeunes. Dans ces conditions SYRIZA ne se projette pas dans un processus révolutionnaire, mais simplement dans un processus humanitaire, car c'est l'urgence de la situation qui prime sur toute autre considération.

Le programme de SYRIZA est issu des propositions faites lors d'assemblées citoyennes à travers tout le pays. Ce programme a ensuite été présenté à la presse à Thessalonique en septembre 2014. Quatre chapitres y figurent :

1) Le traitement de la crise humanitaire ;

2) La relance de l'économie réelle.

3) La reconquête de l'emploi et la restauration du droit du travail.

4) La réforme citoyenne de l'État et des institutions.

la difficulté de gouverner pour SYRIZA vient aussi du fait que cette coalition n'arrive pas à travailler avec un parti communiste qui lui est hostile et considère par exemple que le Front de Gauche en France n'est rien d'autre qu'une béquille du capital. C'est la raison pour laquelle SYRIZA a été obligé de rechercher une alliance ailleurs sur l'échiquier politique, ce qui rend évidemment les choses plus compliquées.

Nous en sommes là actuellement, avec une réelle difficulté pour déployer le programme en quatre point présenté à Thessalonique. c'est autour de ces questionnements que des échanges ont eus lieu avec la salle.

La vidéo de cette soirée dure environ 1h 30, c'est-à-dire le temps qu'a duré la conférence, car elle a été filmée dans son intégralité. Elle est destinée à toutes celles et tous ceux qui n'ont pas pu se déplacer, mais nous sommes certains à Regard-Actu qu'elle sera aussi visionnée avec plaisir par certains qui ont assisté à cette soirée. Bonne vidéo à tous.

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :