Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Luttes sociales : ça bouge dans le bassin montluçonnais

La fin de l'hiver est souvent synonyme, dans un certain nombre d'entreprises, de début des négociations annuelles obligatoires (NAO). Quand elles se déroulent dans un climat de « paix sociale » (expression chère à ceux qui veulent que rien ne change), on est à peu près sûr qu'elles débouchent sur pas grand-chose pour les salariés en matière d'augmentations de salaire, d'embauches, notamment.

Mais quand les salariés décident de répondre nombreux aux appels à l'action des organisations syndicales, les lignes commencent à bouger. Les salariés de SAGEM, AMIS, Adisseo, Boucharat Recordati le comprennent de mieux en mieux, si bien que des actions de grève ont eu lieu ces derniers jours, avec des participations assez massives, à l'appel de la CGT suivie parfois par d'autres syndicats.

Les salariés agissent pour défendre leurs intérêts les plus évidents et immédiats, par exemple les salaires, mais n'oublient pas les autres travailleurs, car la plupart du temps les revendications portent aussi sur l'embauche des précaires, CDD ou intérimaires.

L'individualisme tant cultivé par ceux qui détiennent le pouvoir économique est battu en brèche par les actions collectives qui constituent autant de moments d'éclairage sur différents aspects économiques, sociaux mais aussi humains. Par exemple, réclamer de nombreuses embauches c'est aussi revendiquer de meilleures conditions de travail pour toutes celles et ceux qui sont au travail dans une entreprise.

Quelques éléments sur les motivations des actions et leurs résultats provisoires :

Luttes sociales : ça bouge dans le bassin montluçonnais
Luttes sociales : ça bouge dans le bassin montluçonnais

SAGEM : actions de grève de 1h très suivies les 12 et 26 mars à l'appel de la CGT, FO et CFE/CGC. Plus de 400 personnes rassemblées dans la cour. Il a fallu de grands efforts de conviction de la part de la CGT pour que FO et CGC acceptent, après le 12, de reconduire l'action le 26 mars. Comme quoi rien n'est jamais perdu…

Face à une augmentation du chiffre d'affaires du groupe SAFRAN de 6,9 % en 2014 et un bénéfice de 1,25 milliards d'euros, la direction ne proposait que 0,45 % d'augmentation ! Visiblement, ça ne suffit pas aux 796 salariés qui ont signé la pétition proposée par les syndicats.

Luttes sociales : ça bouge dans le bassin montluçonnais
Luttes sociales : ça bouge dans le bassin montluçonnais

Adisseo : à nouveau des profits record : 358 millions d'euros de bénéfices pour 2014 ! À côté de cela, pas d'embauches et des augmentations générales de 0,5 à 1,2 % seulement selon les catégories. La CGT a lancé des actions de grève de 1h par roulement après avoir tenu plusieurs réunions d'information du Personnel. Ces actions ont permis de faire passer les propositions d'augmentation générale par la Direction de 0,9 à 1,8 % selon les catégories, d'obtenir une augmentation du forfait postés, une revalorisation importante du supplément d'intéressement, mais par contre rien sur l'emploi.

Pour le syndicat CGT, le compte n'y est pas car il réclame, entre autres, l'embauche de tous les CDD et des intérimaires. Le syndicat va voir avec les salariés les suites à donner à ce mouvement.

Luttes sociales : ça bouge dans le bassin montluçonnais

Boucharat-Recordati : le Groupe dont fait partie l'entreprise de Saint-Victor a décidé de n’attribuer que 0,8 % d'augmentation générale. C'est bien peu et le syndicat CGT réclame une plus juste répartition des augmentations entre les différentes catégories de salariés, et refuse la modification de l'accord sur l'organisation du travail qui ferait perdre entre autres de l'argent de salariés.

Ce lundi 30 mars les salariés étaient majoritairement en grève à l'appel de la CGT et rassemblés devant l'Entreprise, où l'on notait également la présence de certains adhérents FO alors que leur syndicat n’appelait pas à l'action. A suivre…

Luttes sociales : ça bouge dans le bassin montluçonnais

AMIS : La Direction ne propose que 0,5 % d'augmentation. Débrayages les 26 et 27 mars à l'appel de la CGT, suivi de 75 à 90 % selon les postes. Le syndicat revendique une augmentation-talon de 80 €, l'attribution de 3 jours/an d'absence pour enfant malade, la prise en charge du lavage des bleus par la Direction, le déblocage la prime d'ancienneté après 15 ans, entre autres.

Une nouvelle séance de NAO était prévue vendredi prochain, mais compte tenu de la puissance du mouvement, elle est avancée à mardi.

Toutes ces luttes augurent sans doute d’une journée nationale d’action CGT-FO-FSU-Solidaires très forte le 9 avril.

Michel Beaune pour Regard-Actu

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :