Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vœux du Parti Socialiste à Athanor en présence de jean-jacques Queyranne

Le Parti socialiste de Montluçon présentait ses vœux à la population et la presse le vendredi 16 janvier à Athanor. Au même moment, le groupe municipal "Montluçon dès demain en faisait autant, salle Robert Lebourg. Regard-Actu qui ne dispose que de peu de moyens s'était engagé pour couvrir les vœux du second.

Pourtant, grâce à Didier Ciancia qui s'est déplacé sur les deux évènements, Regard-Actu est en mesure de publier quelques belles photos du rassemblement du Parti socialiste au Centre Athanor. Il y avait environ 230 personnes présentes dans la salle lors de cette soirée d'après notre comptage.

Pourtant, jean-jacques Queyranne, Président du Conseil régional Rhône/Alpes s'était déplacé pour cette occasion, mais il n'a semble-t-il pas attiré les foules. Il faut dire que si l'on en croit les sondages, le Parti socialiste pourrait perdre de nombreux Conseil généraux, même si la côte de certains membres du gouvernement se redresse en partie à la suite du terrible attentat contre Charlie hebdo et le fait que Le Président de la République et son Premier ministre apparaissent comme les initiateurs de l'union nationale contre le terrorisme. La question que les socialistes doivent logiquement se poser est donc la suivante : combien de temps encore durera cette embellie et permettra-t-elle de limiter la casse aux élections départementales ? Ambiance...

Nicolas Brien nous a fait parvenir le contenu de son intervention lors de cette soirée. Nous la publions dans son intégralité ci-dessous :

Intervention de Nicolas Brien lors de la cérémonie des voeux du Parti socialiste le 16 janveir à Athanor :

Vœux du Parti Socialiste à Athanor en présence de jean-jacques Queyranne

17 morts et nous maintenons des vœux. 17 morts et nous prenons un verre de l’amitié. 17 morts, et nous nous souhaiterons la bonne année. Cela peut paraitre étrange. En vérité, ce moment n’est pas étrange, il est nécessaire. Après le temps de l’effroi, il y a le temps du recueillement Après le temps du recueillement, vient le temps du rassemblement.

C’est pour cela que le maintien de cette cérémonie de vœux était fondamental. Après les attaques contre nos valeurs, nous avons le devoir de rassembler les humanistes et les progressistes, au-delà de nos étiquettes. Nous pouvons être fiers d’être plus de 300 ce soir. Je salue les quelques camarades du front de gauche, du PRG et d'EELV qui nous font l'amitié d'être présents ce soir.

Nous sommes rassemblés, je dirais presque que nous sommes en famille ce soir. La force d'une famille réside dans la diversité de ses membres, dans la qualité de ses échanges. Permettez-moi, comme chaque année, de mettre à l’honneur quelques membres de la famille :

- Saluer notre parrain, le « parrain du Bourbonnais », Jean Mallot, qui dirige la Fédération sans discontinuer depuis 22 ans

- Rendre hommage à un membre éminent de la famille, récent retraité, tout récent grand-père : Lionel Michel

- Saluer nos cousins de Commentry, d’Huriel, de Cérilly, de Prémilhat, de Domérat,

- Remercier ceux qui m’assistent au quotidien: Frédéric Kott, Michelle Bigattin, Ingrid Convers, Mohammed Saoudi, Louis Lasne, Patrick Vanhonnacker, Sébastien Vergne, François Cassany.

- Enfin, je demanderai une salve d’applaudissements pour René Gritti, Germaine Mariet, Janine Porte, Eliane Makmoukh et Michelle Bigattin.

Nous sommes donc en famille, entre progressistes, entre humanistes, entre républicains. Ce rassemblement est plus que jamais nécessaire. Rassemblés contre la barbarie, pour dire non aux attaques contre nos valeurs. Tués par ce qu'ils étaient journalistes, tués par ce qu'ils étaient policiers, tués parce qu'ils étaient juifs. L’effroi du moment ne doit pas nous aveugler : le pire reste à venir. Le pire, ce ne sont pas les attaques, ce ne sont pas les attentats, ce sont les amalgames, les conclusions hâtives, les récupérations politiciennes, les chamailleries et les divisions, qui sapent notre moral et notre modèle.

Nous avons entendu des propos bien méprisants. Ces attentats signeraient l'échec du modèle d'intégration français. Oui il y a des ghettos en France ! Oui, il y a du chômage en France ! Oui il y a des inégalités à l’école ! Mais ce n'est pas parce que cela alimente la menace que c'en est la cause initiale. En France comme ailleurs, l'intégrisme n'est pas porté que par des pauvres ou par des jeunes précaires. Les djihadistes ne correspondent pas à un profil unique: certains sont solitaires, d'autres sont organisés. Certains sont fous, d'autres sont diaboliquement rationnels.

Nous avons entendu des propos bien sombres. Ces attentats montreraient l’incompatibilité de l’Islam et de la République. Établir le lien entre Islam et terrorisme, c'est oublier un fait pourtant évident: les musulmans sont les plus nombreuses victimes des islamistes. Peut-on lier terrorisme et Islam quand Boko Haram massacre 2000 musulmans nigérians en 3 jours? Peut-on lier terrorisme et Islam quand les talibans exécutent 141 écoliers musulmans au Pakistan?

Le pire est à venir, car l’extrême droite française fera ces amalgames. Le FN récupérera ces attentats. Il faut dénoncer sans relache cette xénophobie. La bête théorie du choc des civilisations sert les islamistes radicaux, qui cherchent à polariser pour mieux recruter. Extrême droite et islamisme radical sont les deux faces d’une même pièce. Alors ne laissons pas cette pièce retomber et s’incruster sur le sol français.

Les Républicains doivent s’unir et parer à deux dangers : le danger de récupérer le débat et le danger d’étouffer le débat. Après l’émotion, il y a le temps de l’action. Certains feront le choix de renforcer les communautés, nous socialistes devons faire le choix de renforcer la République. Les musulmans de France, les Juifs de France, les Chrétiens de France, ça n’existe pas, il n’y a que des Français, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Les socialistes ne seront pas seuls pour défendre la République dans cette épreuve, car c’est dans les épreuves que se révèlent les grands peuples. Les réactions collectives et les réactions individuelles face à l’horreur doivent nous rassurer sur ce qu’est la France. La France a montré qu'elle était loin du suicide. Nous sommes un pays fier, capable de mobiliser 4 millions de personnes en une journée, autour de nos valeurs.

Les réactions individuelles ont été magnifiques:

  • Ahmed Merabet, armé d'un seul pistolet de service, qui s'interpose face à des terroristes équipés d'armes de guerre et qui tombe pour la République.
  • Lassana, ce jeune employé sans papiers, qui cache des juifs, comme aux heures les plus difficiles de notre histoire.
  • Yoav, jeune juif de Tunisie fraîchement arrivé en France qui s'interpose.

Dans nos moments de recueillement, nous avons su observer une minute de silence, j’aimerai aujourd’hui que nous ayons dans ce moment de rassemblement, pour eux, un moment des applaudissements. A travers ces trois exemples, la France métissée, la France humaniste, la France courageuse est debout.

Et maintenant, que faire ? Que pouvons-nous encore nous souhaiter en 2015 ?
Je nous souhaite d’agir en socialistes. Le socialisme n'est pas un vieux papier jauni que l'on sortirait d'un tiroir une fois tous les cinq ans au moment des campagnes électorales. Le socialisme, c'est une boussole pour lire et expliquer le monde. Le socialisme permet de forger une réponse aux défis, aux inégalités, à la défense de l'environnement. Les élections ne sont jamais des fins en soi, mais toujours des moyens pour atteindre notre idéal socialiste.

Je pense aux élections départementales. Notre sécurité sociale s’émiette d’année en année sous le coup des déremboursements. Notre Sécurité Sociale a été pensé en 1945, pour une société qui n’existe plus. Aujourd’hui, le conseil général doit être à l’avant-garde de cette refonte de notre système de protection sociale. Est-ce que notre système est prêt face à l’allongement de la vie ? Est-ce que notre système est prêt face à la maladie d’Alzheimer ? Le 29 mars prochain, en élisant un conseiller départemental socialiste, vous apportez une réponse à ces questions.

Je pense également aux élections régionales. Nous sommes dans le bassin montluçonnais qui détient le record d’Auvergne du chômage. Le plein-emploi et la croissance sont deux notions économiques que ma génération ne connait et doute de connaitre un jour. La Région doit nous faire rêver, en faisant rentrer le numérique dans nos quotidiens. En élisant des conseillers régionaux socialistes, on redonne une vision et un espoir.

Pour porter cet espoir, nous avons aujourd'hui devant nous un grand socialiste, un grand homme d'état, un grand républicain : Jean Jack Queyranne.

Jean-Jack nous a fait l'honneur d'être parmi nous aujourd'hui et ce n’est pas un hasard.

Nous sommes à Montluçon, dans la ville de Marx Dormoy, Ministre de l'Intérieur du Front Populaire. Un Ministère que Jean Jack a bien connu.

Nous sommes à Montluçon, dans une ville creuset historique de la gauche. Jean Jack connait aussi bien Montluçon que l’union de la gauche.

Quand on parle d’union de la gauche, il y a deux types de socialistes : il y a les croyants et il y a les pratiquants. Jean-Jack pratique l’union de la gauche. Nous sommes à Montluçon, une ville ouvrière. A Montluçon, on aime les faiseurs, pas les diseurs. Jean-Jack, ton bilan parle pour toi, tu es un faiseur. Quand on ouvre les pages de La Montagne et qu’on lit certaines interviews de Laurent Wauquiez, on se dit que certains combats prochains se résumeront à opposer le savoir-faire au faire-savoir.

Nous sommes à Montluçon, une ville laborieuse, une ville de travailleurs. Nous pensons que tu portes cette autre façon de faire de la politique : plus laborieuse, plus humble, plus exigeante.

Aujourd’hui, au nom de tous les socialistes, je veux te dire que nous comptons sur toi pour porter nos combats. Avant de passer le bâton de parole, j’aimerais que nous nous souhaitions à tous à toutes, à tous vos proches une bonne, une chaleureuse, une heureuse année 2015.

Nicolas Brien

Nota : Merci à Didier Ciancia pour la série de photos de la soirée des vœux du PS.

Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.
Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.

Série de clichés de Didier Ciancia, soirée des voeux du Parti socialiste le 16 janvier à Athanor. Photos réalisées par Didier Ciancia. © Didier Ciancia, tous droits réservés.

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :