Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouvelle hausse du chômage enregistrée en novembre

Cela n'en finit pas. Le chômage continue sa progression inexorable et chaque mois le gouvernement fait semblant de s'en désoler, mais s'entête dans la même politique de cadeaux aux entreprises du cac 40 qui reversent de plantureux dividendes aux actionnaires. De l'argent public donné sans discernement en cadeaux aux entreprises, car rien ou presque ne va dans l'appareil productif. Les patrons des grandes entreprises préfèrent et de loin, le placer en bourse ou sur des comptes qui se situent parfois à l'étranger.

Au mois de novembre le chômage a donc progressé sans surprise de 0,8%, soit 27 400 chômeurs supplémentaires. Sur l'année cela fait 5,8%. La France bat un nouveau record avec 3 488 300 inscrits en catégorie A (ne sont pas comptés dans ces chiffres les catégories B, C, D, et E)*. Si l'on additionne l'ensemble de ces catégories, le chiffre devient vertigineux : 5 millions et demi de chômeurs au bas mot.

*- catégorie A : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi ;
- catégorie B : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;
- catégorie C : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. plus de 78 heures au cours du mois) ;
- catégorie D : demandeurs d'emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi (en raison d'un stage, d'une formation, d'une maladie…), y compris les demandeurs d'emploi en convention de reclassement personnalisé (CRP), en contrat de transition professionnelle (CTP), sans emploi et en contrat de sécurisation professionnelle (CSP) ;
- catégorie E : demandeurs d'emploi non tenus de faire de actes positifs de recherche d'emploi, en
emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés).

Entre octobre 2013 et octobre 2014, la courbe du chômage s'est littéralement envolée comme le montre le graphique ci-dessous

La courbe du chômage explose depuis que l'Etat fait de somptueux cadeaux aux entreprises et qui bénéficient surtout aux grands groupes.

La courbe du chômage explose depuis que l'Etat fait de somptueux cadeaux aux entreprises et qui bénéficient surtout aux grands groupes.

Cette courbe correspond à la période durant laquelle le gouvernement a mis en œuvre sa politique en faveurs des grands groupes, laquelle est sensée relancer l'emploi. Or, c'est tout l'inverse qui s'est produit.

Les nouvelles mesures que souhaite imposer le gouvernement avec le projet de loi Macron vont encore plus loin dans le même sens. Attaques contre le code du travail, attaques contre la médecine du travail, attaques contre les instances représentatives du personnel dans les entreprises, libéralisation du travail le dimanche etc..Toutes ces mesures visent à libérer les entreprises des soit-disant contraintes qui les empêcheraient d'embaucher. En réalité, elles leur permettront d'accélérer encore les restructurations et les plans de licenciements qu'elles ont dans leurs cartons.

Les diminutions de dotations de l'État aux collectivités entrainent des baisses de subventions massives aux associations. Or le monde associatif est le deuxième pourvoyeur d'emplois après les petits commerçants et artisans. Dans de nombreuses villes, les Maires ont décidé de baisser les subventions aux associations afin de maintenir l'équilibre de leur budget. C'est le cas notamment à Montluçon. Cette politique aura de lourdes conséquences sur l'emploi qui va forcément continuer à se détériorer durant l'année 2015 si la politique d'austérité conduite par le gouvernement et approuvée par la droite qui souhaiterait même aller plus loin, continue à être appliqué.

Plus d'infos :

France Infos

Le JDD

Le Huffington Post

Le Monde

Libération

L'observateur

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :