Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jacques Bompart auteur d'un projet de loi pour fournir de la main d’œuvre gratuite aux entreprises

Pour ceux qui douteraient encore des intentions du Parti d'extrême droite de Marine Le Pen, voici une preuve supplémentaire de l'encrage ultra-libéral du FN et de ses allies.

Jacques Bompart, un proche du FN qui siège à l'assemblée nationale aux côtés des deux députés FN (et qui en fut lui-même membre par le passé) a déposé en mars 2013 une proposition de loi qui vise à faire des chômeurs des travailleurs gratuits non seulement pour l'État et les collectivités locales, mais aussi pour les entreprises privées, de sorte que celles-ci n'auraient même plus besoin d'embaucher, entendu qu'elles disposeraient d'une main d'œuvre gratuite. Et il enfonce le clou : " pourquoi le privé (...) ne bénéficierait pas de ces gens déjà indemnisés ?"

jacques Bompard aux côtés de Marion Maréchal-le Pen et de Gilbert Colard à l'assemblée nationale.

jacques Bompard aux côtés de Marion Maréchal-le Pen et de Gilbert Colard à l'assemblée nationale.

Voici donc quel est le vrai programme du FN : fournir de la main d'œuvre gratuite aux grandes entreprises qui pourraient ainsi accroitre leurs profits de manière très substantielle au seul bénéfice des actionnaires.

Le député du Vaucluse n'hésite d'ailleurs pas à emprunter un concept au national-socialisme de triste mémoire. Dans son exposé, il affirme en effet "le travail, c'est ce qui libère l'homme, ce qui le rend digne, qui l'intègre à la société et qui créé la richesse pour l'ensemble de la collectivité" comme le rapporte l'Express (lire ICI).

Cette phrase est tout sauf anodine. Pour celles et ceux qui connaissent un peu l'histoire récente cette expression renvoie à l'idéologie nazi de la pire période de l'histoire allemande qui connue son apogée avec les camps de concentration de la seconde guerre mondiale. Sur le fronton de l'entrée du camp d'Auschwitz, l'inscription suivante figurait "Arbeit macht frei" ce qui signifie "Le travail rend libre". Or, "L'expression "Arbeit macht frei" se retrouve dans les cercles de la droite nationaliste allemande" comme le rapporte Wikipedia (Lire LA) bien avant l'avènement du nazisme. En d'autres termes, c'est même l'idéologie qui y conduit.

l'inscription figurant à l'entrée du camp de concentration et d'extérmination d'Auschwitz ""Arbeit macht frei", ce qui signifie "Le travail rend libre"

l'inscription figurant à l'entrée du camp de concentration et d'extérmination d'Auschwitz ""Arbeit macht frei", ce qui signifie "Le travail rend libre"

Cela ne veut pas dire que Jacques Bompart soit un partisan des camps de concentration, ni même qu'il souhaite exterminer les chômeurs. Mais tous les nazis eux-mêmes savaient-ils où les conduiraient ces idées ? Se doutaient-ils que de surenchères idéologiques en imprécations propagandistes, ils se radicaliseraient au point de se rendre coupables des pires horreurs ?

D'ailleurs, Jacques Bompart devrait bien se douter que la phrase qu'il a prononcée n'a pas de sens. Car de quel travail parle-t-il ? De celui de député qui permet à des gens comme lui de profiter de tous les ors de la République ? Ou bien de celui d'un ouvrier travaillant à la chaîne en horaires décalés ? Ou encore celui d'une opératrice de centre d'appels qui doit répondre à des centaines d'appels dans sa journée ? Sans compter bien sur de tant d'autres activités du travail salarié tout aussi aliénants.

Pour les ouvriers et les employés le travail ne libère pas. Au contraire, il aliène l'individu, l'empêche de s'épanouir et de prendre toute sa place dans la société. Ces travailleurs-là, lorsqu'ils rentrent chez eux, sont épuisés, vidés, car ils n'ont eu aucun répit durant leur vacation. Le député du Vaucluse l'ignore-t-il ?

C'est la raison pour laquelle il faut réduire massivement la durée du temps de travail, sans réduction de salaire, ce qui permettra de partager le travail avec ceux qui n'en ont pas. C'est la seule issue pour une société dans laquelle la productivité ne cesse d'augmenter, bien plus rapidement que la consommation des ménages. Cela s'appelle le partage des richesses et cela suppose que l'on mette fin aux privilèges exorbitants des 1% les plus riches de la planète qui spolient le reste de l'humanité de l'essentiel des richesses produites.

Mais le Front national et ses alliés ne se sont jamais attaqués aux plus riches. Bien au contraire, ils en sont les serviteurs zélés, prêts à leur apporter des travailleurs entièrement gratuits sur un plateau. Le FN, le pire ennemi des travailleurs !

Philippe Soulié

Plus d'infos :

L'humanité

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :