Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des élections professionnelles d'un importance majeure

Le 3 novembre, Regard Actu a diffusé les vidéos que SUD éducation avait réalisé dans le cadre de la campagne aux élections professionnelles. Aujourd'hui, c'est au tour de la FSU de s'exprimer dans les colonnes de regard Actu.

texte de la FSU :

La Fédération Syndicale Unitaire est l’organisation syndicale décisive dans l’enseignement public. C’est la mise en place, délibérément chaotique et destinée à individualiser le vote des personnels, de l’informatisation du vote lors des précédentes élections professionnelles en 2011, qui lui avait fait perdre de peu sa première place dans l’ensemble de la Fonction publique d’État.

Les élections professionnelles dans les trois fonctions publiques, d’Etat, territoriale et hospitalière, de cette fin d’année 2014 ont lieu dans un contexte particulier, des plus dangereux. Un président, élu pour des raisons opposées à la politique qu’il mène, a formé un gouvernement qui affronte ouvertement la civilisation du service public, de la protection sociale et du code du travail, et qui par là même s’en prend aux principes de liberté, d’égalité et de fraternité, favorisant ainsi les pires dérives dans notre vie politique. Jusqu’à quand ? Jusqu’à ce que la résistance sociale, vitale, s’exprime à grande échelle.

Là intervient le vote FSU aux élections professionnelles. Un vote pour le service public national et laïque, pour le statut des fonctionnaires, pour l’emploi public, pour les droits sociaux, ce n’est pas anodin, cela va peser. C’est décisif. C’est nécessaire. Maintenant.

Cette année le vote informatique devrait être plus « facile » qu’il y a quatre ans. Toutefois, le droit de vote des personnels les plus précaires, comme les AVS (Auxiliaires de Vie Scolaire) et ceux devenus AESH (Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap), n’est pas encore garanti à ce jour, ce qui n’est pas admissible : la FSU et ses syndicats interviennent dans notre département pour assurer leur droit de voter.

Ce n’est pas forcément simple non plus pour les collègues contractuels, pour les collègues stagiaires, et il convient que tous soient vigilants, consultent leurs boites professionnelles et nous signalent tout problème.

Déjà en 2011 dans notre publication pour les élections professionnelles, la FSU Allier s’identifiait ainsi : « La FSU Allier réaffirme son attachement à la pertinence des échelons communaux et départementaux dans la gestion des écoles et des collèges, dans la vie scolaire, et dans la défense et la promotion de l’école publique et laïque. »

Nous pouvons contresigner cela plutôt deux fois qu’une. L’an dernier, une mobilisation départementale commencée par la manifestation à la préfecture, lors du Conseil Départemental de l’Education Nationale du 16 avril, poursuivie et amplifiée avec l’assemblée départementale de défense de l’école publique tenue à Arfeuilles fin mai sur proposition de la FSU, a obtenu des résultats conséquents face à de nombreuses suppressions de postes, sauvant des classes à Arfeuilles, puis Audes, puis Bellerives encore à la rentrée, et des divisions en collège au Donjon, puis à Lapalisse. Ce fut une démonstration de ce que peut une fédération de syndicats agissant pour impulser l’unité, celle des personnels, celle de l’ensemble des syndicats, celle de tous les défenseurs de l’école publique.

La réforme territoriale, dont la discussion au parlement coïncide avec les présentes élections professionnelles, veut justement, tout au contraire :

  • renforcer démesurément le pouvoir des Régions, de plus en les regroupant (fusion Auvergne-Rhône-Alpes : gestion lyonnaise des transports scolaires dans l’Allier ?! …).
  • renforcer symétriquement le pouvoir de grandes intercommunalités dessinées par les préfets, des pressions s’exerçant pour leur inféoder « l’école du socle », primaire et collèges.
  • porter un coup décisif aux communes et aux départements, ces derniers devenant des institutions de la ruralité, si l’on peut, dire et non plus de la République, remplacés ici par des fédérations d’intercommunalités, là par des métropoles.

Dans notre région, cela signifierait à terme une « métropole » clermontoise et des départements ou des intercommunalités périphériques gérant par « contractualisation » ou « conventions » des services publics de moins en moins publics, école comprise.

La FSU Auvergne a écrit à tous les parlementaires pour qu’ils votent contre cette contre-réforme car c’est l’égalité des citoyens devant la loi, devant l’impôt et devant le service public qui est cette fois-ci immédiatement en cause.

C’est l’égalité, celle que le service public fait vivre, que défend et renforce le vote pour la FSU et pour ses syndicats nationaux.

En votant pour la liste FSU au Comité Technique Académique, dans laquelle l’Allier est représenté par nos camarades Sandrine Monier (SNUIPP-FSU), Stéphane Zapora (SNUEP-FSU), Ugo Trévisiol (SNUEP-FSU), Sébastien Pousse (SNUACTE-FSU), Thierry Chaudier (SNEP-FSU), vous votez du même coup pour la liste des représentants que nous nous engageons à envoyer, comme nous l’avions fait en 2011, au Comité Technique Départemental, conduite par nos camarades Valérie Bardet du SNUIPP-FSU et Juliette Grand du SNES-FSU.

Vous renforcerez aussi l’action fédérale de la FSU dans tous les secteurs de l’enseignement public et pour les services publics : à l’Agriculture, à la Protection Judiciaire de la Jeunesse, et parmi les agents techniques des collèges et lycées qui ont été transférés aux départements et aux régions en 2004 et risquent de nouveaux transferts avec la réforme territoriale, qui ont formé cette année deux listes du SNUACTE-FSU dans la fonction publique territoriale de l’Allier (Conseil Général et CAP des catégories C du Centre de Gestion de la FP Territoriale).

Vous renforcerez encore le poids politique et la force de proposition de notre FSU départementale en direction des élus de tout bords, dans les combats laïques, dans l’action syndicale unitaire parmi les retraités, dans la défense des libertés fondamentales avec le Réseau Education Sans Frontières (RESF), dans la valorisation de la mémoire sociale avec l’action pour la réhabilitation collective de tous les fusillés pour l’exemple de 1914-1918 : c’est aussi cela, l’action syndicale, qui va des intérêts matériels les plus immédiats aux intérêts moraux les plus généraux des salariés.

Notre conception de l’unité d’action est la suivante : nous n’implorons pas l’unité, nous la réalisons ! C’est pour changer la donne que nous vous appelons à voter FSU.

Le conseil départemental de la FSU de l'Allier, 13 octobre 2014.

Tag(s) : #Le département

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :